5 séries télé LGBTQ qui vous feront craquer.

1. RuPaul’s Drag Race : des drag queens, du drame et… une bibliothèque.

RuPaul’s Drag Race est-elle la série queer par où tout a commencé ? Peut-être bien. Pourrait-on la définir comme une variante de Projet Haute Couture pour drag queens ? Vous pourriez, oui, mais vous ne rendriez pas justice à cette série emblématique, ni à RuPaul. La compétition de télé-réalité, qui en est à sa 13e saison, ne se résume pas à un simple groupe de queens excentriques se disputant le titre – une couronne scintillante – d’America’s Next Drag Superstar. Répliques truculentes, reality drama, monde de la mode, véritables leçons de vie, batailles de playback disputées, plaisanteries hilarantes, coup d’œil sur la culture drag, maquillages de génie… et la liste est encore longue. Ou vous pouvez tout simplement regarder l’émission. Et à présent, sashay away.

2. Euphoria : une Zendaya défoncée qui veut en découdre

Ok, le titre ci-dessus est peut-être un rien trop brutal, mais il sied parfaitement à Euphoria . La série pour ados de HBO est sombre, sans équivoque et d’une choquante authenticité, mais également belle, mélancolique et douloureusement bienveillante. Zendaya est époustouflante dans le rôle de Rue, une jeune fille aux pulsions autodestructrices. Victime d’une overdose accidentelle, Rue tente de remonter la pente. C’est alors qu’elle rencontre Jules, une jeune transsexuelle fascinante, dont elle se prend d’affection, bien qu’elle continue de lutter contre son addiction. Si la série capture avec précision la beauté douloureuse de l’adolescence, Euphoria excelle également tant au niveau cinématographie que de sa bande-son. Vous serez accros en un rien de temps, on vous le promet.

3. Young Royals: Que Dieu protège le queer

Un mélange de coming out et de sang bleu. Yaaaasss queen. On n’en a jamais assez de Young Royals. La série raconte l’histoire de Wilhelm, le jeune prince suédois, qui se découvre une attirance pour Simon, l’un des autres garçons du pensionnat d’élite où sa mère, la reine, l’a envoyé. La série nous séduit par son authenticité. Les acteurs sont de vrais adolescents, comme en témoignent leurs visages boutonneux. . Et ces scènes d’amour filmées de manière si intime, en suédois de surcroît, nous ont véritablement conquis.

4. Special : homosexuel, handicapé et être

Quand on est jeune et homosexuel, la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Mais quand on est jeune, homosexuel et handicapé, c’est une tout autre paire de manches. Ryan O’Connell, le créateur, scénariste et acteur de la série Special parvient toutefois à nous présenter les choses avec brio, tout en douceur. La série nous présente le quotidien de Ryan d’une manière si légère et amusante que l’on ne peut s’en détourner. Pas même lorsqu’il perd sa virginité avec un travailleur du sexe de manière un peu maladroite, mais pleine de tendresse. Il n’est pas plus honnête que ces gens-là. Alors regardez et apprenez, s’il vous plaît.

5. Laissez-vous transporter dans une salle de bal de la fin des années 80 avec Pose

Si vous avez un faible pour la mode des années 80, vous allez être servi(e). Pose ne s’intéresse pas seulement à la mode. La série nous emmène dans le New York de la fin des années 80, où le milieu de la danse de salon connaît un véritable engouement. Vous savez, les « vogue hands », Donna Summer, les épaulettes. Tout ça, tout ça. Nous suivons le quotidien de Blanca – le personnage principal de la série et mère de la House of Evangelista – et de ses enfants et découvrons comment ils font face à la crise du sida, à la transphobie, au sexisme et au racisme. Pose aborde le thème de la transsexualité, en joignant le geste à la parole. La série signe en effet la plus grande distribution d’acteurs transgenres de l’histoire de la télévision. Une raison suffisante, s’il en fallait, pour que vous la regardiez.